Welcome / bienvenidos à Miami

Miami: Bien plus que le sunshine state

Article publié dans "Lëtz Be Healthy" - Mai 2017
Par Servane Calmant
 

Floride, Sunshine State. Miami, arty city. On arpente son quartier Tropical Art Deco estampillé « le plus important au monde ». On fréquente Art Basel Miami Beach, sa foire annuelle d’art contemporain. On pousse des ‘oh’ et des ‘ah’ enthousiasmants au Pérez Art Museum inauguré en 2013. On revisite Little Havana aussi. Depuis janvier 2017, le National Trust for Historic Preservation a qualifié de « trésor national » ce quartier de Miami, refuge historique de nombreux exilés cubains. Autant de raisons de liker cette ville balnéaire culturellement hyperactive.

 

Si l’histoire de Miami était un scénario de film, il serait truffé de rebondissements. Comment en effet ce trou perdu du bout du monde aux abords détrempés par les marécages est-il devenu dès 1920 un Eldorado ? C’est que le mot d’ordre de l’époque était on ne peut plus clair : investissez dans l’immobilier ! De nombreux Américains se sont dès lors arrachés des actes de propriété, avant de déchanter en 29, victimes du crash boursier. Vient ensuite la Seconde Guerre mondiale qui transforme la ville en bastion militaire - une chance, car au lendemain de la guerre, des milliers de soldats, nostalgiques du climat, vont s’y installer définitivement ! Depuis, Miami est devenu l’asile des Cubains qui ont fui jadis Fidel Castro, la terre promise des Haïtiens, Péruviens, Colombiens, Honduriens..., et le paradis des riches retraités américains cantonnés dans des hôtels-résidences. On allait oublier les alligators, qui adorent Miami ! Et le cinéma. A juste titre. Une lumière exceptionnelle, un décor urbain chargé d’histoire, pas étonnant que Miami ait servi de cadre naturel à de nombreux films et séries, de Scarface à Miami Vice en passant par les Experts (Miami) et de nombreuses scènes de James Bond.

 

Sunshine State

Pourquoi surnomme-t-on la Floride le Sunshine State ? C’est bien simple, il y fait beau quasi toute l’année. Pas d’hiver, ou si peu, mais une saison des ouragans par contre ! Evitez donc de vous y rendre les mois les plus chauds, juillet, août et septembre, où vous risquez de subir quelques journées fort pluvieuses. Du reste, de janvier à juin et d’octobre à décembre, vous profiterez du climat subtropical, des flots azurés réchauffés par le Gulf Stream, des plages kilométriques prises d’assaut par des hordes de joggers survitaminés et de bimbos en bikini riquiqui.

 

 

L’Esprit des Immigrés

Little Havana, un trésor national : c’est le National Trust for Historic Preservation (Fonds américain de préservation du patrimoine) qui l’a qualifié ainsi, ajoutant qu’il récompensait un quartier qui « témoigne de l’esprit des immigrés ayant bâti l’Amérique et un lieu qui reste un quartier dynamique, riche culturellement et abordable ». Little Havana, c’est trente blocs d’immeubles qui invitent à humer l’ambiance cubaine - Cuba se situe à quelque 530 kilomètres à peine à vol d’oiseau de Miami -, avec des bars braqués sur la rue et des civettes où faire le plein de bons cigares - exceptés cubains puisque ceux-ci sont toujours interdits à la vente aux USA. Barack Obama avait entamé fin 2014 un rapprochement historique avec Cuba, qu’en sera-t-il demain de la politique de Trump ? On vous laisse deviner. Pour la petite anecdote, Little Havana concentre 98% d’Hispaniques, n’hésitez donc pas à hablar espanol en commandant votre empanada (un chausson farci) au célèbre Café Versailles, point de ralliement depuis des décennies des exilés cubains.

 

Art Déco et...

L’Art déco tire son nom de l’Exposition internationale des Arts Décoratifs et industriels qui se tint à Paris en 25. Particularité intéressante : ce style architectural varie au gré des cultures et pays. Ainsi, l’Art déco belge ou luxembourgeois n’est pas celui de la Floride ! À Miami, on parle d’ailleurs de Tropical Art Deco, pour désigner ces immeubles aux coloris flamboyants ornés d’animaux tropicaux stylisés. Dans les années 30 et 40, plus de 800 immeubles Art déco ont été érigés ici, comme une réplique pleine de vie et de fantaisie à la Grande Dépression. Il fallait une architecture gaie, distrayante, gorgée de frises en bas-relief, de portes ornées de rayons solaires, de couleurs tropicales. Trente ans plus tard, ces édifices, pourtant étonnants de modernité, vont passer pour ringards : des projets de démolition sont même envisagés ! Fort heureusement, la Miami Preservation League créée en 1976, arrive à réunir des fonds pour sauver le patrimoine architectural de la ville. Dans une phase de restauration, disons, euphorique, on repeint les immeubles dans des couleurs vives : voilà Miami qui redécouvre ses richesses !

 

...art contemporain

A Miami, l’art contemporain fait partie du paysage. On le quartier Wynwood, un ensemble d’entrepôts colonisés par des artistes graffeurs. Les fresques murales sont étendues sur un périmètre de 2 km. On le découvre également de manière plus institutionnelle: la ville compte de nombreuses galeries et plusieurs musées dont le PAMM, le Perez Art Museum, le plus connu des musées d’art contemporain de Miami. Il invite à voir des collections des XXe et XXIe siècles, reflets du carrefour des cultures qu’est devenue la ville.

 

 

Les incontournables

  • Art Basel Miami Beach, déclinaison de la foire d’art contemporain de Bâle en Suisse, est tout bonnement incontournable pour qui aime l’ultra contemporain. La foire a lieu au Miami Beach Convention Center, sa section O dans le secteur Art déco. Prochain rdv : du 7 au 10 décembre 2017. www.artbasel.com/miami-beach
  • À la pointe sud de Miami Beach, face à l’Océan, vous découvrirez la bien nommée Ocean Drive. Cette superbe avenue qui borde la plage est balisée d’hôtels-restaurants Art déco rosé poudré ou jaune poussin, qui illuminent la nuit de leurs vifs néons.
  • The Park Central Hotel, 630 Ocean Drive. Ache- vé en 1937. Hall spectaculaire.
  • The Carlyle, 1250 Ocean Drive. Erigé en 1941. Un bel exemple du déploiement du Style Art déco à l’horizontale.
  • Hotel Colony, 736 Ocean Drive. Réalisé en 1935. Son enseigne aux néons lumineux est devenu le symbole de l’animation nocturne de Miami Beach.
  • The National Hotel, 1677 Collins Avenue. N’hésitez pas à loger dans ce monument Art déco sur le front de mer. Piscine et plage privées. www.nationalhotel.be

 

Le magazine "Lëtz Be Healthy" peut également être trouvé en ligne sur letzbehealthy.lu

 

 

Découvrez plus d'inspirations d'été

  • Un peu de culture avec l'exposition photos "Tender" qui vous fait découvrir la jeune photographie tchèque, slovaque et polonaise. Par Paulo Lobo (En Français)
  • Un peu d'aventure en famille avec un weekend outdoors sur le Mullerthal Trail. Par Fredke (En Français)
  • Un peu de motivation pour faire du sport avec des outfits coloriés et fun qui vous donnent envie d'enfiler vous basquettes. (En Anglais)