L’atelier du printemps III

Comment apprivoiser sa colère ?

La colère est une des 5 grandes émotions de l’être humain. Elle est ressentie comme désagréable mais elle n’est pas négative en soi. Ce qui est néfaste, c’est de la cultiver, de la reporter sur les autres ou de la garder refoulée en soi. Il est important pour notre santé de la libérer hors de notre corps sans pour autant être dans l’agressivité contre les autres.

 

La toute première étape est déjà d’identifier que nous sommes en colère. « Je suis fou de rage. Je suis révolté. Je ressens une grande colère en moi, etc. » La colère, comme toute autre émotion s’exprime à travers des ressentis, des symptômes physiques. A nous de mettre des mots sur ce vécu corporel et de l’accueillir pleinement.

 

Une fois que nous avons compris que nous ressentons de la colère, il est essentiel d’accepter l’émotion et non pas de la refouler ou de vouloir la supprimer car nous nous couperions de notre humanité ! Pour accueillir notre émotion, même si elle fait souffrir, nous pouvons décrire le plus précisément possible comment elle se manifeste dans notre corps : tremblements, gorge nouée, poitrine oppressée, chaleur dans le visage, etc.

 

A ce stade, nous sommes généralement plus calmes et une grande partie de la colère s’est déjà dissipée. Nous sommes peut-être déjà capables de l’exprimer avec bienveillance à quelqu’un tout en communiquant sur nos besoins. Sinon, il existe plusieurs techniques psychocorporelles pour évacuer une émotion. Voici un exercice de sophrologie :

 

Exercice : Libérer sa colère

En position debout les yeux fermés. Inspirer, amener le bras droit plié contre le corps le poing fermé et laisser monter la colère ou le stress ressenti. Retenir la respiration et faire des mouvements de rotation avec le bras droit d’arrière ver l’avant (mouliner) ou simplement contracter tous les muscles du bras et serrer le poing. Expirer fortement par la bouche en frappant avec le poing vers l’avant en direction d’une cible imaginée.

 

C’est un geste libérateur auquel on peut aussi ajouter un cri au moment de l’expulsion de l’air. Faire cet exercice 3 fois côté droit, 3 fois côté gauche et 3 fois avec les deux bras en même temps.

 

Et parce que le lien corps-esprit fonctionne toujours dans les deux sens, à l’inverse aussi, le mauvais fonctionnement du foie génère la colère. En gros si on traverse une période avec beaucoup de colère, peut-être que l’origine de cet état émotionnel n’est pas une situation extérieure mais bel et bien notre foie. Veiller à la santé de son foie, c’est donc aussi prendre soin de ses émotions.

 

Prochain article : Le grand nettoyage

 

 

Découvrez aussi les autres articles de la série "L'atelier du printemps":

About the author

Rachel Vieira Gomes

J’ai fait des études en communication en France avec l’ambition de devenir journaliste. Mon cursus m’a finalement mené vers une spécialisation dans la communication des entreprises. La passion pour l’écriture de textes m’est cependant toujours très chère à laquelle j'allie mon intérêt pour des thèmes de bien-être et de développement personnel, des médecines alternatives et de la nutrition saine. Aujourd'hui, je suis aussi sophrologue certifiée et je pratique le yoga depuis quelques années déjà. Mon but est d’aider les personnes à se détendre et à retrouver leur équilibre.